Audiovisuel Cartographie Documentation Infothèque

Résumé




 

 

 

 

 

Pierre BONTE, " Faire fortune au Sahara (Mauritanie): permanences et ruptures "



Depuis plus d’un millénaire, les populations sahariennes ont été entraînées dans les mouvements d’échanges transsahariens, dont elles ne semblent cependant véritablement tirer un bénéfice commercial direct qu’à partir du XIXe siècle lorsque l’inscription de ces mouvements au sein du marché mondial suscite un premier essor commercial et financier local. Les premières fortunes sahariennes datent de la seconde moitié de ce siècle; la colonisation va contribuer à leur développement. Dans un contexte de domination et de crise, dont les effets sociaux sont indéniablement dramatiques, de nouveaux investisseurs locaux se révèlent. Occupant rapidement le domaine de la distribution et du demi-gros, mais aussi celui du commerce international du bétail et des céréales, ces investisseurs tentent de tourner par tous les moyens le monopole colonial, particulièrement pesant dans le domaine
bancaire. La création de " sociétés commerciales " (sharika) et l’utilisation des solidarités tribales (casabiyyât) leur permettront de préserver leur place sur le marché malgré les options étatiques dans le domaine commercial, jusqu’à ce que la création d’une monnaie nationale, la sortie de la zone franc et le développement du secteur bancaire permettent à ces " boutiquiers " de se transformer en redoutables hommes d’affaires.

Mots clés: Banques – Boutiquiers – Colonisation – Commerce – Crises – État – Investissements – Mauritanie – Sharika – Solidarités tribales.