Audiovisuel Cartographie Documentation Infothèque

Résumé



 

 

 

 

Séverine BENOÎT, " Autonomie et dépendance des organisations paysannes au Sahel "



Les conceptions et les instruments des donateurs jouent souvent en faveur d’une dépendance des bénéficiaires à l’aide extérieure. Ce phénomène se traduit par l’apparition de cercles vicieux: ce qui permet aux paysans sahéliens de gagner en autonomie entraîne souvent une nouvelle forme de dépendance. Outre la réduction de la capacité d’initiative, la dépendance se traduit par une attitude d’adaptation aux donateurs. Les paysans sahéliens conservent cependant une marge d’autonomie, et certaines structures sont capables de résister à la pression de l’aide. Pour sortir d’une relation de dépendance, les méthodes d’intervention demandent sans doute à être améliorées, notamment en évitant d’attribuer l’aide comme une aubaine. Les domaines du développement institutionnel et de la communication, assez peu pris en compte par les donateurs, mériteraient probablement plus d’attention. L’autonomie demande également une valorisation des moyens propres paysans et une préparation à la fin de l’aide. Elle passe aussi, et surtout, par une réduction de la dissymétrie de la relation d’aide.


Mots clés : Aide au développement – Bailleurs de fonds – Sahel – Autonomie – Dépendance – Organisations paysannes.