Audiovisuel Cartographie Documentation Infothèque

Résumé



 

 

 

 

Jacques GAILLARD, Roland WAAST, " L’aide à la recherche en Afrique subsaharienne: comment sortir de la dépendance? "


L’aide a certainement permis le développement de sciences nationales, en soutenant le vigoureux effort de construction entrepris, après 1970, par des gouvernements africains. Un " surcroît " d’aide a toutefois favorisé le développement de bureaucraties gestionnaires, substituant les règles du service public aux objectifs scientifiques et techniques. Les organes directeurs ont volé en éclats; l’esprit de corps a prévalu dans les institutions phares que l’aide privilégiait, sans annuler les rigidités structurelles résultant de " rentes " de soutien. Depuis 1990, les crédits se sont resserrés, et les partenaires de la recherche ont changé. Un vigoureux marché de la recherche s’est développé, qui témoigne de la vitalité des chercheurs en exercice. Mais le doute existe sur sa capacité à soutenir une science durable. Pour bâtir celle-ci, on ne saurait se passer, une fois encore, de soutiens extérieurs. Le problème est d’inventer de nouvelles formules de coopération, adaptées à la situation et tirant leçons du passé. Divers indices montrent que s’y emploie désormais une convergence d’acteurs.


Mots clés : Coopération scientifique – Aide à la science – Tanzanie – Sénégal – Afrique subsaharienne.