Audiovisuel Cartographie Documentation Infothèque

Résumé


 

 

 

 

 

 

 

 

Christophe MALDIDIER, " Le local, le national et l'international dans la gestion des forêts tropicales : une aire protégée au Nicaragua "


La réhabilitation du " local " dans les approches récentes concernant la gestion des milieux naturels amène à s'interroger sur les relations qu’entretient ce niveau avec les niveaux national et international. C’est à partir du cas des forêts tropicales de l’aire protégée de Rio San Juan au Nicaragua que sont analysées les difficultés de l’émergence d’une gestion locale. Trois types de facteurs sont proposés. Le premier concerne la construction sociale des enjeux liés aux forêts. L’État, dépendant des bailleurs de fonds et en quête d’affirmation de la souveraineté territoriale, a privilégié des enjeux internationaux et nationaux dans la définition de sa politique pour Rio San Juan, reléguant au second plan les enjeux locaux de développement agricole. Le second facteur met en cause les liens entre les questions du développement rural et celles proprement dites forestières, amplifiés par la nature sociale et spatiale des processus d’avancée des frontières agricoles et de la déforestation. Le troisième facteur est lié à la nature de l’intervention publique qui peut contribuer à accroître le degré de conflits locaux, impliquant un haut degré de centralisation des décisions. Une telle situation est défavorable à un transfert ou partage des responsabilités entre État et populations locales. Des espaces de négociation mobilisant les acteurs sociaux et institutionnels aux trois niveaux (local, national et international) devraient permettre la conciliation des différents enjeux et l’émergence d’objectifs collectifs de gestion sur la base desquels pourraient élaborées de nouvelles modalités de répartition des droits et des devoirs entre les niveaux.


Mots clés : Gestion durable – Forêts tropicales – Nicaragua – Aire protégée – Frontière agricole.