Audiovisuel Cartographie Documentation Infothèque

Résumé



 

 

 

 

Marie-France LANGE, " Insoumission civile et défaillance étatique : les contradictions du processus démocratique malien "



Le Mali apparaît comme l’un des pays africains ayant le mieux réussi la transition démocratique. Aux révoltes de 1991 ont succédé les élections de 1992, puis celle de 1997. Le pays paraît s’ancrer dans un système électoral de type occidental, mais où les règles de la démocratie se heurtent à des représentations et des pratiques du pouvoir qui entrent en conflit avec les notions de société consensuelle, de civisme et d’État de droit nécessaires au processus démocratique. Par ailleurs, ce processus est entravé par le phénomène de désétatisation et le libéralisme économique qui, loin de participer à la consolidation de la démocratie, permet la reconduction, sous d’autres formes, d’ailleurs plus efficientes, des rapports clientélistes et de la corruption. La désétatisation renforce l’incivisme patent et la corruption semble se généraliser. La quête du pouvoir, dorénavant liée au processus électoral, dépend de plus en plus des relations de clientélisme.

Mots clés : Dictature – Démocratie – Élections – Clientélisme – Corruption – Culture politique – Partis politiques – Société civile – État – Désétatisation – Mali.