Audiovisuel Cartographie Documentation Infothèque

Résumé


 

 

 

 

 

 

 



Vincent CAUPIN, Bertrand LAPORTE, “L’intégration des marchés céréaliers : une approche régionale économétrique”


L'intégration des marchés contribue à assurer la sécurité alimentaire des populations d'Afrique de l'Ouest. Le cas du Niger illustre parfaitement ce propos. Sa sécurité alimentaire repose en grande partie sur les céréales qu’il importe de son grand voisin, le Nigeria. Dans le cas d'échanges entre deux économies de dimensions différentes, les prix sur les marchés de la petite économie sont-ils déterminés par les caractéristiques de la grande ? L'intégration des marchés est-elle uniforme et continue ou évolue-t-elle au cours du temps en fonction de facteurs exogènes ? Les analyses de cointégration et l'estimation de modèles à correction d'erreurs, qui portent sur les marchés du maïs et du mil entre le Nigeria et le Niger, permettent de répondre en partie à ces questions. Malgré les restrictions importantes au commerce entre ces deux pays, les marchés sont intégrés ; la transmission des prix du Nord-Nigeria vers le Niger est importante et rapide. Si les "chocs exogènes" n'ont pas d'influence sur l'intégration à long terme, ils introduisent parfois des modifications du degré d'intégration à court terme, notamment lorsque les récoltes nigériennes sont excédentaires.

Mots clés : Intégration des marchés – Commerce transfrontalier – Prix – Marchés céréaliers – Analyses de cointégration – Niger – Nigeria.